LE MODELE
BAT-ADAPT

Vous trouverez sur cette page toutes les informations relatives à la constitution du modèle pour les analyses effectuées sur Bat-ADAPT : 

COHERENCE AVEC LA TAXINOMIE EUROPEENNE

Compte tenu des différentes exigences réglementaires, notamment celles de la taxonomie européenne, le modèle d'analyse de l'exposition au climat doit répondre à différents critères.

Critère 1 : L'analyse de l'exposition au climat doit être basée sur les projections climatiques de pointe à haute résolution disponibles.

Critère 2 : L'évaluation des risques doit être prospective et cohérente avec la durée de l'activité, c'est-à-dire un minimum de 50 ans pour les bâtiments.

Critère 3 : Les scénarios utilisés doivent être multiples et cohérents avec les travaux du GIEC, basés sur des modèles libres ou payants.

Le modèle d'analyse sera donc traité à partir de sources permettant la présence de données prospectives, par rapport à 3 scénarios du GIEC :

  • Le scénario ambitieux, avec une politique climatique visant à diminuer les concentrations de CO2, ce sont les scénarios RCP2.6 ou SSP1-2.6,

  • Le scénario intermédiaire, avec une politique climatique visant à stabiliser les concentrations de CO2, ce sont les scénarios RCP 4.5 ou SSP2-4.5,

  • Le scénario Business-as-Usual, sans politique climatique, ce sont les scénarios RCP 8.5 ou SSP5-8.5.

Le choix de ces scénarios répond à un souci d'exhaustivité des trajectoires prises en compte ainsi qu'à une volonté d'harmoniser les informations disponibles pour traiter les différents indicateurs climatiques.

Différents horizons temporels seront également pris en compte, compte tenu des besoins d'estimation de l'évolution des aléas climatiques. Il y a 5 horizons temporels inclus dans l'analyse pour le modèle France : 2020, 2030, 2050, 2070 et 2090 et 3 horizons temporels pour le modèle Europe : Court (2030), Moyen (2050) ou Long terme (2090).

Les deux principales sources de données sont l'Atlas interactif du GIEC et la plateforme DRIAS Les futurs du climat. Chaque source de données et leur traitement seront détaillés ci-dessous.

SELECTION DES ALEAS CLIMATIQUES

 

La sélection des aléas climatiques qui seront pris en compte dans l'outil relève de la Taxonomie Européenne, de la TCFD et de la Loi Energie-Climat. Parmi les aléas proposés dans le tableau de classification des aléas de la Taxonomie européenne, les aléas identifiés comme pertinents pour le secteur de l'immobilier sont :

  • Chaleurs (Stress thermique, vagues de chaleur, etc.);

  • Sécheresses & Retrait-Gonflement des Argiles;

  • Précipitations intenses & inondations (Changement dans les régimes de précipitation, Fortes précipitations, Inondations par ruissellment, inondations par remontées des nappes, etc.); 

  • Dynamiques côtières (Erosion côtière, infiltration de l'eau de mer, montée du niveau de l'eau);

  • Tempêtes et vents violents (Changement dans les régimes de vents, cyclones, tornades, typhons, tempêtes, etc.);

  • Feux de forêts ;

  • Extrêmes froids ;

  • Mouvements de terrains (Avalanches, glissement de terrain, affaissement);

MODÈLE D’ANALYSE DE L’EXPOSITION CLIMATIQUE
SUR L’EUROPE

ALÉA CHALEUR

Le modèle d’analyse de l’exposition climatique aléa “Chaleurs” sur l’Europe s’appuie sur 3 indicateurs climatiques :

  • Nombre de jours avec une température supérieure à 35°C

  • Changement dans les températures maximales (°C)

  • Changement dans les maximum des températures maximales (°C)

La combinaison de ces informations permet d’évaluer l’exposition climatique d’une zone, par rapport à l’exposition climatique dans le reste de l’Europe.

Indicateurs d’exposition climatique bruts

Nombre de jours avec une température supérieure à 35°C

Définition de l’indicateur : Nombre de jours dans l'année où la température maximale journalière est supérieure à 35°C à au moins un moment de la journée. 

Identifiant de l’indicateur : TX35

Maille : ~150km

Source : Atlas interactif du GIEC

Traitement de la données : Les données climatiques ont été téléchargées au format NetCDF sur l’atlas interactif du GIEC, pour les 3 scénarios et les 3 horizons temporels retenus (soit 9 jeux de données). Un traitement statistique a été fait pour lisser la variabilité climatique. Il s’agit de réaliser, pour chaque horizon temporel choisi, la médiane sur 20 ans (10 ans avant et 10 après) de l’indicateur climatique. Puis, un traitement cartographique via le logiciel QGIS a permis le passage de données ponctuelles vers des données couvrant toute l’Europe. Une légende a été appliquée au vu des minimums et des maximums existants sur l’ensemble des jeux de données.   

Etendue : Europe

 

Changement dans les températures maximales (°C)

Définition de l’indicateur : La température maximale annuelle est la moyenne des températures maximales journalières sur l'année. Cet indicateur indique l'amplitude du changement par rapport à la normale.

Identifiant de l’indicateur : TX

Maille : ~150km

Source : Atlas interactif du GIEC

Traitement de la données : Les données climatiques ont été téléchargées au format NetCDF sur l’atlas interactif du GIEC, pour les 3 scénarios et les 3 horizons temporels retenus (soit 9 jeux de données). Un traitement statistique a été fait pour lisser la variabilité climatique. Il s’agit de réaliser, pour chaque horizon temporel choisi, la médiane sur 20 ans (10 ans avant et 10 après) de l’indicateur climatique. Puis, un traitement cartographique via le logiciel QGIS a permis le passage de données ponctuelles vers des données couvrant toute l’Europe. Une légende a été appliquée au vu des minimums et des maximums existants sur l’ensemble des jeux de données.   

Etendue : Europe

 

Changement dans les maximum des températures maximales (°C)

Définition de l’indicateur : Le maximum des températures maximales est le maximum sur l'année de toutes les températures journalières maximales. Cet indicateur indique l'amplitude du changement par rapport à la normale.

Identifiant de l’indicateur : TXx

Maille : ~150km

Source : Atlas interactif du GIEC

Traitement de la données : Les données climatiques ont été téléchargées au format NetCDF sur l’atlas interactif du GIEC, pour les 3 scénarios et les 3 horizons temporels retenus (soit 9 jeux de données). Un traitement statistique a été fait pour lisser la variabilité climatique. Il s’agit de réaliser, pour chaque horizon temporel choisi, la médiane sur 20 ans (10 ans avant et 10 après) de l’indicateur climatique. Puis, un traitement cartographique via le logiciel QGIS a permis le passage de données ponctuelles vers des données couvrant toute l’Europe. Une légende a été appliquée au vu des minimums et des maximums existants sur l’ensemble des jeux de données.   

Etendue : Europe

Afin d’obtenir un indice d’exposition unique révélateur de la situation de risque climatique d’un bâtiment dans une zone, les indicateurs précédents ont été combinés sous la formule suivante :

formule modèle europe.png
Coef europe.jpg

Cette formule rend compte de l’importance prépondérante du nombre de jours avec une température supérieure à 35 degrés et de l’augmentation générale des températures maximales pour les bâtiments​. 

Elle met en perspective le risque dans une localisation précise par rapport au risque existant dans l’ensemble de l’Europe.

Il s’agit donc de ratios de risque comparés, pondérés selon leur importance, additionnés en fonction, puis normalisés, pour obtenir un indicateur variant de 0 à 100% avec 0% étant le risque minimal rencontré sur l’Europe de 2020 à 2100 pour les 3 scénarios, et 100% le risque maximal, sur cette même période, pour les 3 scénarios.

L’indice de fiabilité de l’exposition est attribué comme suit :

5/5 Modélisations utilisées dans le rapport du GIEC vérifiée empiriquement

4/5 Modélisations utilisées dans le rapport du GIEC

3/5 Autres modélisations - Très fiables

2/5 Autres modélisations - Moyennement fiables

1/5 Autres modélisations - Peu fiables

MODÈLE D’ANALYSE DE L’EXPOSITION CLIMATIQUE
SUR LA FRANCE

ALÉA CHALEUR

Le modèle d’analyse de l’exposition climatique aléa “Chaleurs” sur la France s’appuie sur 3 indicateurs climatiques et 2 indicateurs territoriaux :

  • Nombre de jours avec une température supérieure à 35°C

  • Nombre de jours de vagues de chaleur

  • Nombre de nuits anormalement chaudes

  • ICU : Degrés supplémentaires causés par l'îlot de chaleur urbain

  • Pollution sonore : Niveau de bruit jour-soir-nuit

La combinaison de ces informations permet d’évaluer l’exposition climatique d’une zone, par rapport à l’exposition climatique dans le reste de la France.

Indicateurs d’exposition climatique bruts

Nombre de jours avec une température supérieure à 35°C

Définition de l’indicateur : Nombre de jours dans l'année où la température maximale journalière est supérieure à 35°C à au moins un moment de la journée. 

Identifiant de l’indicateur : TX35

Maille : ~8km (grille Safran)

Source : DRIAS - MétéoFrance

Traitement de la donnée : Les données climatiques ont été téléchargées au format CSV sur l’espace de commande de la DRIAS, pour les 3 scénarios et les 5 horizons temporels retenus (soit 15 jeux de données). Un traitement cartographique via le logiciel QGIS a permis le passage de données ponctuelles vers des données couvrant toute la France. Une légende a été appliquée au vu des minimums et des maximums existants sur l’ensemble des jeux de données.   

Etendue : France métropolitaine

 

Nombre de jours de vagues de chaleur

Définition de l’indicateur : Nombre de jours où la température maximale journalière est supérieure de plus de 5°C à la normale pendant au moins 5 jours consécutifs.

Identifiant de l’indicateur : TXHWD

Maille : ~8km (grille Safran)

Source : DRIAS - MétéoFrance

Traitement de la donnée : Les données climatiques ont été téléchargées au format CSV sur l’espace de commande de la DRIAS, pour les 3 scénarios et les 5 horizons temporels retenus (soit 15 jeux de données). Un traitement cartographique via le logiciel QGIS a permis le passage de données ponctuelles vers des données couvrant toute la France. Une légende a été appliquée au vu des minimums et des maximums existants sur l’ensemble des jeux de données.   

Etendue : France métropolitaine

 

Nombre de nuits anormalement chaudes

Définition de l’indicateur : Nombre de jours où la température journalière minimale est supérieure de plus de 5°C à la normale.

Identifiant de l’indicateur : TNHT

Maille : ~8km (grille Safran)

Source : DRIAS - MétéoFrance

Traitement de la donnée : Les données climatiques ont été téléchargées au format CSV sur l’espace de commande de la DRIAS, pour les 3 scénarios et les 5 horizons temporels retenus (soit 15 jeux de données). Un traitement cartographique via le logiciel QGIS a permis le passage de données ponctuelles vers des données couvrant toute la France. Une légende a été appliquée au vu des minimums et des maximums existants sur l’ensemble des jeux de données.   

Etendue : France métropolitaine

Indicateurs d’exposition territoriale bruts

ICU : Degrés supplémentaires causés par l'îlot de chaleur urbain

Définition de l’indicateur : Effet de la ville sur la température nocturne pendant une situation estivale propice à un fort effet d'îlot de chaleur urbain.

Identifiant de l’indicateur : ICU

Maille : 250m

Source : MAPUCE - CNRM

Traitement de la donnée : Les données icu ont été récupérées via le site du projet MAPUCE. Deux jeux de données ont été utilisés correspondant à deux modélisations climatiques estivales différentes. Un traitement cartographique a permis de retenir le maximum des deux modélisations pour chaque coordonnée géographique étudiée.

Etendue : 42 agglomérations françaises (plus d’informations ici

Pollution sonore : Niveau de bruit jour-soir-nuit

Définition de l’indicateur :  L’indicateur de niveaux de bruit jour-soir-nuit, nommé Lden (pour Level day-evening-night), représente le niveau de bruit moyen pondéré au cours de la journée en donnant un poids plus fort au bruit produit en soirée et durant la nuit.

Identifiant de l’indicateur : LDEN

Maille : Spécifique à chaque niveau de bruit

Source : Bruit Parif ; Le Havre Métropole ; Montpellier Métropole

Traitement de la donnée : Seul les indicateurs LDEN et prenant en compte toutes les sources de bruit ont été retenus. Une fois les 3 cartes téléchargées sur les sites des métropoles, un intervalle de niveaux de bruits adapté à ces 3 jeux de données a été adopté.

Etendue : Paris, Le Havre, Montpellier.

Afin d’obtenir un indice d’exposition unique révélateur de la situation de risque climatique d’un bâtiment dans une zone, les indicateurs précédents ont été combinés sous la formule suivante :

Coef france.jpg

Avec :                                                                              et

Cette formule rend compte de l’importance égale des 3 indicateurs climatiques retenus sur le bâtiment. 

Elle met en perspective le risque climatique dans une localisation précise par rapport au risque existant dans l’ensemble de la France, ainsi que l’aggravation de ce risque au vu d’indicateurs territoriaux (ICU et pollution sonore) venant préciser l’exposition dans un lieu donné.

Il s’agit donc de ratios de risque comparés, pondérés selon leur importance, additionnés en fonction, puis normalisés, pour obtenir un indicateur variant de 0 à 100% avec 0% étant le risque minimal rencontré sur la France de 2020 à 2100 pour les 3 scénarios, et 100% le risque maximal, sur cette même période, pour les 3 scénarios. Ce risque est ensuite multiplié par un coefficient variant entre 1 et 2,2 selon l’intensité de l’ICU.

L’indice de fiabilité de l’exposition est attribué comme suit :

5/5 Modélisations utilisées dans le rapport du GIEC vérifiée empiriquement
4/5 Modélisations utilisées dans le rapport du GIEC
3/5 Autres modélisations - Très fiables
2/5 Autres modélisations - Moyennement fiables
1/5 Autres modélisations - Peu fiables

ALÉA CHALEUR

Afin de calculer la vulnérabilité des bâtiments face à l’aléa “Chaleurs”, un certain nombre d’informations sont nécessaires. Afin de les recueillir, un formulaire est disponible pour compléter les caractéristiques de votre projet.

Trois caractéristiques sont ESSENTIELLES pour le calcul :

  • La surface brute utile

  • Le nombre de niveaux hors sous-sol

  • Le ratio de surface vitrée

Si aucune information est transmise, la vulnérabilité est par défaut à 100%, avec une fiabilité nulle. 

Matrice de vulnérabilité des bâtiments pour l’aléa “Chaleurs”

La matrice de vulnérabilité des bâtiments pour l’aléa “Chaleurs” est disponible ici pour téléchargement sous format Excel. Celle-ci vous permet de connaître les étapes intermédiaires des calculs effectués dans R4RE. 

La vulnérabilité s’échelonne entre 0% et 100%. Plus la vulnérabilité est importante, plus le bâtiment est sujet à être adapté.

Tutoriel de remplissage des données bâtiments

Afin d’aider à compléter les caractéristiques techniques des bâtiments, l’OID a créé un “tutoriel de remplissage”, disponible ici, qui détaille l’ensemble des caractéristiques techniques pouvant être remplies pour chacun des bâtiments sur R4RE. Accompagnant ce détail, des explications sur chacun des critères sont disponibles, ainsi que des exemples (en photos, en figures, …) et des conseils de remplissage.

Indices de fiabilité de l’exposition

L’indice de fiabilité de la vulnérabilité est calculé à partir du nombre de questions répondues par rapport au nombre de questions total. Il varie de 0 à 5.

MODÈLE D’ANALYSE CROISÉE 
(EXPOSITION x VULNÉRABILITÉ)

​Une fois l’exposition climatique et la vulnérabilité du bâtiment calculées, un croisement des informations est effectué comme suit :

Calcul d'analyse croisée.jpg

Afin de limiter le nombre de questions et de données à remplir pour évaluer la sensibilité du bâtiment, des profils par défaut sont utilisés dans R4RE. Ces profils types de bâtiment sont établis à partir du travail du programme Profeel pour le résidentiel et les petites unités tertiaires. Les profils d'autres bâtiments tertiaires ont été établis par entretiens avec des experts du bâtiment.

Le référentiel de profils types disponible dans R4RE contient 68 profils de bâtiments au total. Ils sont catégorisés comme suit :

  • Bâtiments tertiaires de grande surface

o   Bureaux IGH (7 profils)

o   Bureaux haussmanniens (6 profils)

o   Bureaux non-IGH (7 profils)

o   Bâtiments logistique (2 profils)

o   Bâtiments de santé (7 profils)

  • Bâtiments résidentiels

o   Logement collectif (19 profils)

o   Maison individuelle (12 profils)

  • Bâtiments tertiaires de petite surface

o   Bureaux (1 profil)

o   Santé (1 profil)

o   Commerces (3 profils)

o   Restauration (1 profil)

 

Après avoir attribué le bâtiment à un profil par défaut (au vu d’une dizaine de questions à remplir), l’ensemble des critères techniques disponibles dans l’évaluation de sensibilité est rempli de manière automatique. Cela permet d’avoir un profil le plus complet possible au vu des grandes typologies de bâtiment retrouvées dans le parc bâti. 

Le document de profils, disponible en version française, ou en version anglaise, récapitule les questions-réponses permettant la détermination de profils, et les réponses attribuées par défaut, en fonction du profil.